Laboratoire Morphodynamique Continentale et Côtière

Logo M2C

Au large de la côte ouest du Cotentin.

04 février 2021

La mission Stockline 2 s’est déroulée du 12 au 26 octobre 2020 à bord du NO Antéa (Flotte Océanographique Française). L’objectif principal de cette mission était d’examiner les stocks sédimentaires présents le long de la côte ouest du Cotentin. Cette mission fait suite à la mission Stockline 1 réalisée en juin 2019 à bord du NO Thalia (cf. lettre Infos scientif. Juin 2019) entre Dieppe et la Baie des Veys. Les deux missions s’inscrivent dans le cadre du projet régional SELINe (porteur S. Leourd) qui vise à quantifier et caractériser les sources sédimentaires et leur transferts participant à la construction des littoraux normands. L’une des actions principales du projet SELINe est de quantifier les volumes des stocks sédimentaires du domaine subtidal le long des côtes normandes et de relier ces stocks aux tendances évolutives des littoraux adjacents. Cette action constitue l’objectif principal de la thèse d’Elise Grenard Grand (M2C, Dir. B. Tessier / S. Le Bot). La mission Stockline 2 a été consacrée pendant 10 jours à la quantification par prospection sismique des stocks sédimentaires subtidaux entre Barneville-Carteret et les entrées de la Baie du Mt St Michel (participants : E. Grenard Grand, B. Tessier, et T. Kaci – Doctorante d’A. Duperret – LOMC Le Havre – dont la thèse porte sur la morpho-structuration du Cotentin). Au cours de la deuxième partie de la mission, réalisée par Y. Méar, E. Poizot (Intechmer) et T. Kaci, des prélèvements de sédiments ont été réalisés dans le Passage de la Déroute (entre Jersey et la Côte) dans l’objectif de modéliser les transferts sédimentaires (action du projet SELINe). Plan de position des profils sismiques (Elise Grenard Grand, 2020) (Figure à gauche). Il a fallu « jongler » entre les faibles profondeurs de la zone, le tirant d’eau de l’Antéa et les grandes marées du moment...pas facile. Initialement prévue en juin à bord du Thalia, la mission a été annulée (covid..) et reprogrammée sur l’Antéa en octobre. Nous craignions le pire avec la météo...finalement jamais nous n’aurions pu rêver mieux...mer d’huile pendant 7 jours (Figure à droite).